Saipem désigné pour construire des plates-formes offshores de GNL dans l’Arctique

Les sources proches du milieu confirment que Novatek prévoit de commencer à forer ses premiers puits de gaz exploratoires en 2018 et que l’installation devrait commencer à fonctionner au début des années 2020.
La seule autre installation de la Russie est située sur l’île de Sakhalin, et comme Novatek est passible de sanctions européennes contre la crise ukrainienne, la société obtient des investissements pour Yamal en provenance de Chine, de Russie et de certains prêteurs européens.
Le projet devrait produire 5,5 millions de tonnes de GNL par an, égal ou supérieur au premier projet de Novatek, Yamal. On dit que les plateformes basées sur la gravité contribuent à la construction de l’usine en utilisant moins de coûts que la première installation, mais ceux-ci ne sont pas encore connus.

Plus de nouvelles

Pourquoi devriez-vous faire appel à un courtier en énergie ?

Qu’il s’agisse d’obtenir de meilleures offres ou d’économiser du temps et de l’argent, vous professionnels, pouvez bénéficier de nombreux avantages...

Achats stratégiques d’énergie pour les entreprises françaises

L’électricité est un élément crucial souvent négligé dans le secteur des affaires. La plupart des entreprises ne peuvent fonctionner sans...

Charbon russe : un embargo européen en réponse aux crimes de guerre

La Commission européenne propose un embargo total sur le charbon russe ainsi que d’autres mesures restrictives en réponse aux preuves...