Réforme d’EDF : « des points de discussions subsistent avec la Commission européenne »

Les mois passent et l’incertitude continue de planer autour du projet du « Grand EDF. » Les négociations au sujet de la réforme d’EDF, un temps considérées comme étant dans leur phase finale, semblent faire bond arrière à en croire deux des protagonistes du projet : Jean-Bernard Levy (PDG d’EDF) et Bruno Le Maire (Ministre de l’Économie et des Finances).

Réforme d’EDF : le PDG du groupe évoque des discussions encore « extrêmement difficiles »

Aucune avancée d’ici à cet été ? C’est ce qui se profile laisse penser le patron du groupe : « Rien ne permet de penser que les discussions pourront aboutir rapidement, rien ne permet non plus de penser qu’elles pourraient ne pas aboutir. Nous restons suspendus à l’aboutissement de ces discussions » qu’il a qualifié d’« extrêmement difficiles. »

Mais si M. Levy tempère ses propos, le ministre de l’Économie et des Finances a paru moins sûr quant à une fin des discussions dans les prochaines semaines si l’on se fie à ce qu’il aurait livré aux représentants des différentes confédérations syndicales et aux syndicats du groupe : « Il nous a dit que le projet de loi prévu pour réformer EDF n’était pas mûr pour le mois de juin et que des points de discussions subsistent avec la Commission européenne. »

C’est à l’aune de ces incertitudes sur la réforme d’EDF que le titre du groupe perdait 3,35 % à 11,68 euros jeudi, à la mi-journée. 

L’interfédérale syndicale toujours vent debout contre la réforme du « grand EDF»

Si cet exercice est si périlleux, c’est parce que le gouvernement souhaite préserver l’unité d’EDF mais aussi augmenter le tarif réglementé de l’ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique), c’est à dire le prix de vente de sa production nucléaire aux autres fournisseurs. Un prix de 49 €/MWh est évoqué, soit 7 € de plus que le prix actuel, ce qui permettrait à l’énergéticien de continuer à entretenir et développer le parc nucléaire français.

Opposée à cette division entre les activités de production et les activités commerciales, l’interfédérale syndicale a rappelé, dans un communiqué début mai, « son opposition totale à ce projet de démantèlement d’EDF. »

L’interfédérale accuse Paris de dissimuler de « nombreuses zones d’ombre liées aux contreparties exigées par la commission européenne » et « n’admettra pas qu’EDF soit sacrifiée sur l’autel du règlement des contentieux engagés par l’Europe contre l’État français et dont EDF et ses agents sont bien les premières victimes. »

L’AFP nous apprend, grâce à un courrier adressé à Jean-Bernard Levy qu’elle a pu consulter, que le président de la CGT-FNME (Fédération nationale des mines et de l’énergie) accuse le PDG d’EDF de « diviser pour mieux régner. » Mais malgré le caractère incertain de ces discussions sur cette réforme du groupe EDF, Bruno Le Maire ne veut pas renoncer à ce projet qu’il ne veut plus appeler « Hercule ». En effet, dans un entretien accordé à Ouest-France, le ministre fait allusion au « grand EDF. » Changement de nom donc, mais pas d’ambitions de réorganiser EDF pour le gouvernement qui aspire à présenter un projet de loi et valider la réforme avant les élections présidentielle de l’année prochaine.

Plus de nouvelles

Comment les prix de l’électricité évoluent-ils en 2024 ?

En tant que professionnel, comprendre la tarification de l’électricité est essentielle pour établir le budget énergétique de votre organisation. Mais...

Comprendre votre facture d’énergie : Un guide pratique pour les entreprises

Comprendre sa facture d’énergie est essentiel pour les entreprises désireuses de gérer efficacement leurs dépenses. Cela permet d’identifier les économies...

Comment choisir un courtier en énergie

Opter pour le bon courtier en énergie peut constituer une démarche stratégique pour les entreprises de divers secteurs. Les dépenses...