Production nucléaire : EDF relève ses objectifs pour 2021 après la reprise de l’activité en France

La levée des restrictions liées au Covid-19 a permis la relance de l’économie et, avec elle, une consommation d’électricité plus importante qu’estimée il y a encore quelques mois. Le fournisseur historique EDF a annoncé, lundi 5 juillet au soir, avoir révisé à la hausse son objectif de production nucléaire pour l’année 2021. L’énergéticien français table sur une production comprise entre 345 et 365 TWh au lieu de 330-360 TWh

Une reprise économique bienvenue pour EDF qui revoit à la hausse sa production nucléaire

« Compte tenu du bon déroulement du premier semestre 2021, EDF rehausse son estimation de production nucléaire pour l’ensemble de l’année 2021 de 330 térawattheures (TWh) – 360 TWh à 345 TWh – 365 TWh », gage d’une reprise non négligeable de l’activité économique. 

Le premier semestre 2021 s’est terminé avec une production avoisinant les 181,6 TWh, soit 4,2 % de plus que le premier semestre de l’année dernière, période à laquelle le confinement était de vigueur pour lutter contre la propagation du Covid-19. 

La prudence reste de mise pour 2022

Pour autant, le fournisseur historique entretient une certaine forme de prudence puisque sa prévision pour 2022 reste, quant à elle, inchangée. Elle est comprise entre 330 et 360 TWh nous fait comprendre EDF dans un communiqué : « l’hypothèse de production pour 2022 reste inchangée à ce stade. »

En effet, l’année 2020 est loin d’avoir été prolifique. Entre la pandémie de Covid-19 ainsi que les grèves à répétition, entraînant une production au ralenti et des usines qui le sont tout autant, EDF a dû composer avec certains imprévus, notamment liés à l’épidémie de Covid-19. Ainsi, l’année 2020 a été marquée par une baisse de la production nucléaire de l’ordre de 12 %. Avec ses 335 TWh produits en 2020, on est loin des chiffres de 2019 et de ses 379,5 TWh. 

Nombre de secteurs ont été touchés : industrie, transports, sidérurgie… La consommation d’électricité dans certains d’entre eux a chuté de près de 25 %, c’est dire si 2020 a été une année inédite pour le fournisseur historique français.

Plus de nouvelles

Charbon russe : un embargo européen en réponse aux crimes de guerre

La Commission européenne propose un embargo total sur le charbon russe ainsi que d’autres mesures restrictives en réponse aux preuves...

Exportations de gaz : l’Europe refuse de payer en roubles

La Russie, dans une manœuvre pour contrer les sanctions de l’Europe, exige que ses exportations de gaz soient désormais payées...

Ralentissement nucléaire : les conséquences sur le gaz russe

Depuis le début de l’année, la France connait un ralentissement nucléaire important causé par l’arrêt de plusieurs centrales majeures dans...