Prix de l’énergie : le FMI ne craint pas d’inflation incontrôlable

18.10.2021 | Bien que se soit répandue la nouvelle d’une hausse des prix de l’énergie qui pourrait se prolonger, les responsables de l’économie et de la finance ne montrent pas de signes d’inquiétudes. La directrice générales du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, dit ne pas craindre que l’inflation se change “train hors de contrôle” dans les pays avancés.

Les gouvernements gardent le contrôle du prix de l’énergie

Si le prix de l’énergie est si haut, ce n’est pas qu’en raison d’une reprise économique après 2020, mais également pour des raisons météorologiques. L’hiver dernier ayant été particulièrement froid et suivi d’un été très chaud, la demande a augmenté et s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui pour être prêt à affronter hypothétique nouvel hiver très froid.

Au cours d’un séminaire la semaine dernière, Kristalina Georgieva, directrice générales du Fonds monétaire international s’est prononcée sur le sujet. Elle a tenu des propos rassurants, rappelant que les raisons de la hausse des prix de l’énergie restent conjoncturelles et ne devraient pas perdurer.
De plus, si l’inflation sur les prix de gros de l’énergie devait continuer, elle a ajouté que les gouvernements et décideurs de chaque état disposent des outils nécessaires à remédier au problème. “Nous connaissons très bien ces outils et la façon dont ils peuvent être mis en œuvre” précisa-t-elle.

Andrew Bailey, gouverneur de la Banque d’Angleterre, a cependant annoncé que la banque centrale britannique se préparait à relever les taux d’intérêt, une première depuis le début de la pandémie. Cette mesure marque bien le fait qu’en dépit de l’espoir que la situation vis-à-vis du prix de l’énergie sera temporaire, l’inflation pourrait perdurer encore un moment.

Le gouverneur a également lancé un message d’alerte “La politique monétaire ne peut pas résoudre les problèmes d’approvisionnement mais [la banque centrale] devra agir et doit le faire si nous voyons un risque, en particulier pour l’inflation à moyen terme et les anticipations d’inflation à moyen terme”.
La situation des banques centrales doit donc faire face à un équilibre délicat à maintenir.

Des mesures déjà mises en place

Bien que la directrice générales du FMI se soit montrée optimiste quant à la durée de l’inflation des prix de l’énergie, c’est plutôt l’inquiétude qui semble agiter les banquiers centraux, comme l’a prouvé la réunion annuelle du FMI et de la Banque mondiale la semaine dernière.
Kristalina Georgieva a reconnu que la question de l’inflation a été au cœur de beaucoup de discussions.

Dans certains pays aux économies en développement, la hausse des prix de l’énergie a déjà poussés les banques centrales à prendre des mesures en ajustant à la hausse les taux directeurs. La Russie et le Mexique ont récemment augmenté leurs taux d’intérêt, signe que les gouvernements sont suffisamment inquiets pour chercher à intervenir face à l’inflation.

Selon les estimations du FMI, l’inflation devrait atteindre un pic au cours des derniers mois de l’année 2021. Une stabilisation est attendue d’ici au milieu de l’année 2022.

Source : La Tribune

Plus de nouvelles

ARENH : pourquoi EDF ne vend pas plus d’électricité au tarif réglementé ?

07.10.2021 | Le mécanisme de l’ARENH a permis l’émergence d’une concurrence sur le marché de l’électricité, longtemps sous l’emprise complète...

Lire la suite

Blocage des prix de l’électricité et du gaz, quelles conséquences pour les fournisseurs ?

06.10.2021 | En réponse à la hausse permanente des prix de l’électricité et du gaz depuis cet été, le gouvernement...

Lire la suite

Coupures d’électricité en Chine, une crise énergétique aux conséquences mondiales

30.09.2021 | Depuis le printemps, la Chine a relancé son économie, causant quelques mois plus tard une hausse spectaculaire des...

Lire la suite