Nucléaire français : Macron souhaite relancer la filiale avec de nouveaux réacteurs

17.11.2021 | Le parc nucléaire français devrait accueillir de nouveaux réacteurs d’ici à 2050. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé sa décision de construire de nouvelles centrales. Un choix motivé à la fois par la publication du rapport RTE, mais également par la situation de crise énergétique mondiale.

L’avenir du parc nucléaire français

L’annonce par le président Emmanuel Macron du lancement d’un nouveau programme de construction de réacteur est une première depuis plus de trente ans.
La dernière centrale nucléaire française en date avait commencé son activité au début des années 90. Depuis, le parc nucléaire se fait vieillissant et la fermeture de plusieurs centrales est attendue. Cependant, il semble que ces dernières seront remplacées par de nouveaux sites et de nouveaux modèles de réacteurs.

Lors d’une allocution télévisée mardi 9 novembre, le président a déclaré : « Nous allons pour la première fois depuis des décennies relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables ».

Aucune autre information n’a été communiquée à propos de ce projet. Nous ne savons donc pas encore combien de réacteurs seront construits, où se trouveront les nouvelles centrales ni quels sont les délais de mise en service attendus.
Toutefois, EDF avait soumis au gouvernement un projet de construction de 6 réacteurs EPR nouvelle génération en mai dernier. Avec un coût estimé à 46 milliards d’euros et une mise en service du premier d’entre eux d’ici à 2035, ce projet pourrait être une piste de départ.

Pourquoi construire de nouveaux réacteurs ?

La décision du gouvernement à propos d’une éventuelle relance de constructions nucléaires n’était pas attendue avant la mise en service de la centrale de Flamanville, prévue pour 2023. Le chantier ayant pris 10 ans de retard et son coût ayant quadruplé par rapport au budget initial, il semblait plus prudent avant de se prononcer sur la construction d’autres EPR.

Cependant, la situation a changé rapidement.
La crise énergétique mondiale causée par la brusque reprise d’activité des industries a fait augmenter le coût des énergies. Face à la hausse des prix du gaz et des énergies fossiles, le nucléaire français a vu ses perspectives s’améliorer.

De plus, malgré l’achèvement du gazoduc Nord Stream 2 et son remplissage, la Russie a réduit le volume de ses exportations de gaz vers l’Europe. Une situation qui, au seuil de l’hiver et avec des réserves au niveau historiquement bas, pousse le gouvernement français à chercher l’indépendance énergétique du pays.

« Si nous voulons payer notre énergie à des tarifs raisonnables et ne pas dépendre de l’étranger, il nous faut tout à la fois continuer d’économiser notre énergie et d’investir dans la production d’énergie décarbonée sur notre sol » a souligné le président lors de son allocution.

Les prévisions RTE pour le nucléaire français

Dans son rapport d’octobre 2021, la RTE prévoyait plusieurs scénarios pour l’avenir du nucléaire en France. Quatre des six hypothèses envisagées prenaient en compte la fermeture de 14 réacteurs d’ici à 2035.

Mais l’un des scénarios, celui envisageant une grosse production en énergie, va jusqu’à prévoir un report de la quasi-totalité des réacteurs du parc nucléaire français, abandonnant de ce fait les prévisions de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).
Cette option n’est cependant pas même étudiée par l’ASN.

En revanche, la RTE a donné plusieurs pistes concernant la construction de réacteurs nouvelle génération. En fonction de la puissance nouvelle à atteindre, il pourrait être prévu de mettre en service jusqu’à 14 EPR2, à raison de deux nouvelles paires tous les trois ans à compter de 2035.

Quel que soit le scénario choisi par le gouvernement, la RTE rappelle que le parc nucléaire français ne remplacera pas l’énergie thermique, qui apporte de la flexibilité, et que son développement ne pourra se faire celui, accéléré, des énergies renouvelables.

Sources : Les Echos, Montel

Plus de nouvelles

Gazprom regonfle les stocks de gaz européens

10.11.2021 | Avec des stocks de gaz qui n’ont jamais été aussi bas et l’hiver qui s’installe, l’Europe a bien...

Lire la suite

COP 26 2021 : une volonté de sortir des énergies fossiles

09.11.2021 | Cette année à Glasgow, à l’occasion de la COP 26, près de quarante États ont fait la promesse...

Lire la suite

Centrale EPR : l’Angleterre cherche à faciliter le financement des nouvelles centrales d’EDF

28.10.2021 | Un projet de loi visant à faciliter le financement d’une nouvelle centrale EPR a été présenté. Le modèle...

Lire la suite