Nord Stream 2 : les États-Unis envisagent des sanctions contre les entités impliquées

Le bras de fer s’intensifie entre la Russie et l’un des principaux opposants au projet Nord Stream 2 : les États-Unis prévoient des sanctions contre tous les acteurs œuvrant à la finalisation du gazoduc russo-allemand.

Le gouvernement Biden se dit prêt à sanctionner les entités concernées

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a affirmé que le gouvernement de Joe Biden allait se montrer inflexible sur sa position et a appelé, jeudi 18 mars, à cesser « immédiatement » tout engagement en faveur de ce projet de gazoduc sous peine de sanctions de la part de Washington.

Il a également rappelé que le gouvernement Biden est « déterminé à respecter » la loi adoptée en 2019 puis étendue en 2020 par le Congrès américain prévoyant des sanctions contre eux prenant part, de quelconque manière, à la finalisation du projet.

Les États-Unis évoquent un « projet géopolitique russe visant à diviser l’Europe et affaiblir la sécurité énergétique européenne » et le département d’État est même aux aguets puisqu’il « surveille les efforts pour mener à bien le gazoduc Nord Stream 2 et examine les informations au sujet des entités qui semblent être impliquées. »

À ce sujet, le député républicain Michael McCaul a salué cette fermeté, en dépit d’une « absence d’action de la part de l’administration Biden. » Il a ajouté qu’« il y a plus d’une dizaine d’entités qui semblent travailler sur le gazoduc Nord Stream 2 actuellement et qui devraient être sanctionnées comme le prévoit la loi. Si le président Biden [veut] démontrer clairement qu'[il] s’opposent au gazoduc, qui est déjà terminé à 95%, [il devrait] imposer ces sanctions obligatoires immédiatement. »

Le secrétaire d’État américain a par ailleurs qualifié Nord Stream 2 de « mauvais projet pour l’Allemagne, pour l’Ukraine et pour nos alliés et partenaires d’Europe centrale et orientale. » Fin janvier, le Parlement européen abondait déjà dans le sens des États-Unis puisqu’il avait demandé aux États membres de l’Union européenne de durcir les sanctions contre la Russie et d’interrompre l’achèvement de Nord Stream 2.

Annalena Baerbock, co-présidente du parti politique allemand Alliance 90 / Les Verts, a pour sa part exprimé sa désapprobation quant au projet qui « cause de graves problèmes géopolitiques et [allant] à l’encontre des objectifs européens en termes de climat. » 

Nord Stream 2 ira à son terme selon la Russie

Antony Blinken a également fait écho à l’inaction du précédent gouvernement et l’imminente finalisation du gazoduc devant la Chambre des représentants : « J’aurais aimé ne pas me trouver dans une situation où le gazoduc est pratiquement terminé. » En effet, mi-février, des médias allemands et la Russie affirmaient que Nord Stream 2 ira à son terme. 

Finalisé à 94 % selon le magazine allemand Der Spiegel, le chantier de Nord Stream 2 arrive à son terme. Le scénario d’une finalisation a d’ailleurs les faveurs du vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, qui déclarait déjà il y a quelques semaines « que malgré les approches destructrices de la part des États-Unis, qui retardent la mise en œuvre de ce projet, celui-ci sera mené à terme. » 

Plus de nouvelles

Comment les prix de l’électricité évoluent-ils en 2024 ?

En tant que professionnel, comprendre la tarification de l’électricité est essentielle pour établir le budget énergétique de votre organisation. Mais...

Comprendre votre facture d’énergie : Un guide pratique pour les entreprises

Comprendre sa facture d’énergie est essentiel pour les entreprises désireuses de gérer efficacement leurs dépenses. Cela permet d’identifier les économies...

Comment choisir un courtier en énergie

Opter pour le bon courtier en énergie peut constituer une démarche stratégique pour les entreprises de divers secteurs. Les dépenses...