Les pays de l’UE et le Parlement ont des points de vue différents sur la réforme du marché de carbone

Les négociations pour conclure un texte officiel sur les réformes du système européen d’échange de quotas d’émission (ETS) après 2020, fixés en résumé par le Parlement européen en février, ont duré des semaines.
L’ETS, un système de plafonnement et d’échange pour réglementer la pollution de l’industrie et aider le bloc de 28 nations à atteindre ses objectifs climatiques, a subi une offre excédentaire de permis pour polluer.
Pour résoudre le problème, deux institutions de l’UE ont décidé de doubler le taux auquel la Réserve de stabilité du marché (MSR) absorbe les allocations excédentaires, en tant que mesure à court terme pour renforcer les prix, selon les sources.
Néanmoins, les sources ne sont pas d’accord sur la quantité de crédits de carbone qui devrait être attribuée aux enchères ou distribuées dans l’industrie, ainsi que sur la manière de compenser l’industrie contre les coûts d’émission indirects dans le cadre du système et d’attribuer des fonds pour une innovation respectueuse de l’environnement.
L’ETS est la principale politique de l’UE pour atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 11 000 usines industrielles et centrales électriques de 43% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005.

Plus de nouvelles

Charbon russe : un embargo européen en réponse aux crimes de guerre

La Commission européenne propose un embargo total sur le charbon russe ainsi que d’autres mesures restrictives en réponse aux preuves...

Exportations de gaz : l’Europe refuse de payer en roubles

La Russie, dans une manœuvre pour contrer les sanctions de l’Europe, exige que ses exportations de gaz soient désormais payées...

Ralentissement nucléaire : les conséquences sur le gaz russe

Depuis le début de l’année, la France connait un ralentissement nucléaire important causé par l’arrêt de plusieurs centrales majeures dans...