Hydrogène vert : l’avenir des carburants maritimes ?

25.08.2021 | L’armateur danois Maersk envisage de faire naviguer tous ses bateaux au méthanol de synthèse. Ce carburant fait à partir d’hydrogène vert permettrait de réduire de façon importante les émissions de CO2 et ferait concurrence au gaz naturel liquéfié.

Les enjeux des carburants maritimes

Nous le savons tous désormais : les routes commerciales maritimes sont très fréquentées tout autour du globe et la circulation de cargos de transport est responsable d’une bonne partie de la pollution atmosphérique actuelle.

Bien que les camions et les voitures individuelles représentent 77% de la consommation en énergie pour des transports, les navires sont responsables de 13% de cette consommation. Il est donc impératif que l’énergie qu’ils utilisent soit la plus propre possible pour notre environnement.
De plus, les fiouls lourds utilisés sur la plupart des bateaux sont responsables de presque 14% des émissions de soufre à l’échelle mondiale.

Des objectifs de réduction des émissions de CO2 ont été fixés par l’Organisation maritime internationale. Les taux doivent diminuer de moitié d’ici à 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Une entreprise difficile car contrairement au secteur de l’automobile qui tend de plus en plus à trouver des solutions de carburants moins polluants (telle que l’utilisation d’hydrogène vert), les transports maritimes ne font qu’une utilisation marginale des biocarburants, comme le souligne l’IFP Energies nouvelles.

Heureusement, plusieurs gros armateurs ont décidé de relever le défi et se sont lancés dans des expérimentations pour réduire leurs émissions de CO2. Parmi eux, Maersk, CMA CGM ou MSC, spécialisé dans les croisières.

L’hydrogène vert à l’origine d’un tournant pour la navigation ?

Pour l’instant, la solution choisie est l’utilisation de gaz naturel liquéfié, abrégé en GNL. Les émissions de gaz à effet de serre sont réduites de 90% par rapport à aux fiouls lourds. Et ce sont 0% d’émissions de dioxyde de soufre et de particules à l’utilisation de ce carburant.

Cependant, le GNL reste une énergie fossile et n’émet pas beaucoup moins de gaz à effet de serre que les carburants classiques – tout juste 25% de moins. S’il s’agit donc d’une solution de transition que plusieurs armateurs projettent d’utiliser, elle ne semble pas viable à long terme pour atteindre les objectifs fixés.

Voilà le moment où l’hydrogène vert entre en scène : cette énergie propre et d’origine renouvelable est utilisée pour créer du e-méthanol ou méthanol de synthèse. Pour cela, il est combiné à du CO2 issu de déchets agricoles.
Ce carburant, choisi par l’armateur Maersk, n’émet presque pas de gaz à effet de serre, ce qui en ferait une solution bien meilleure à long terme. Le marché de ce carburant est pour l’instant minuscule, comme l’explique Iain Mowat, analyste chez Wood Mackenzie, mais il est prometteur.

Le coût de ce carburant est pour l’instant très élevé du fait de cette récente apparition dans le paysage maritime. Cependant, on peut s’attendre à une baisse de son prix aux alentours de 2030 puisqu’il est prévu que l’hydrogène vert, son principal composant, voit lui aussi ses prix baisser.
En attendant que cette solution plus enviable soit développée et adoptée, ce sera donc l’utilisation du GNL qui sera privilégiée par la marine. Espérons que l’armateur danois parvienne à montrer l’exemple grâce à son choix.

Plus de nouvelles

L’hydroélectricité menacée par les changements climatiques

24.08.2021 | Première source d’énergie verte au monde, l’hydroélectricité produit aujourd’hui plus d’énergie que toutes les autres sources renouvelables combinées....

Lire la suite

Une nouvelle piscine nucléaire à 1,25 milliard d’euros pour La Hague

20.08.2021 | EDF prévoit un investissement de 1,25 milliard d’euros pour construire une nouvelle piscine nucléaire non loin de celles...

Lire la suite

Loi Climat et Résilience : quels sont les changements ?

19.08.2021 | Le 20 juillet 2021 a été adopté par le Parlement le projet de loi Climat et résilience. Destinée...

Lire la suite