Fournisseurs en faillite, le français Hydroption pourrait être le premier

18.11.2021 | Depuis le début de la hausse des prix de l’énergie, on compte de nombreux fournisseurs en faillite en Angleterre, laissant des milliers de consommateurs sans fournisseur officiel. Le phénomène commence à rattraper la France : Hydroption, fournisseur d’énergie alternatif, pourrait mettre la clé sous la porte dans les prochains mois. Une dégringolade qui pourrait être suivie de bien d’autres.

La faute à la crise et à des choix hasardeux

Le fournisseur alternatif Hydroption s’est vu placé en redressement judiciaire depuis le 21 octobre de cette année. Une situation qui pourrait lui valoir très prochainement un retrait de sa licence de fournisseur, lui retirant tout droit d’opérer dans ce secteur d’activité. Une notification préalable au retrait de cette licence aurait déjà été émise par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).

Fournisseur officiel de la mairie de Paris, mais également de plusieurs industries et surtout de l’Armée, Hydroption pourrait être le premier domino d’une série de faillites chez les fournisseurs alternatifs.

Cette situation, de l’aveu du PDG de l’entreprise, Michel de Kerever, est le résultat de choix peu judicieux en 2020 ainsi que de la crise énergétique qui nous frappe de plein fouet. En pleine pandémie, l’énergéticien avait décidé de réduire ses achats d’électricité sur le marché de gros, sans anticiper la reprise d’activité qui surviendrait à la rentrée.
Forcé d’acheté alors sur les marchés à court terme pour honorer ses contrats, Hydroption a alors payé le prix fort pour son électricité, au point de vider sa trésorerie.

Les fournisseurs en faillite vont-ils se multiplier ?

D’après un expert interrogé par le Figaro “C’est toute la limite d’un système d’ouverture des marchés de l’énergie initiée en 2007 et financiarisé depuis à l’extrême. Une bonne partie de la quarantaine de fournisseurs qui se partagent aujourd’hui le gâteau en France ne sont pas des énergéticiens à proprement parler, mais des tradeurs. Ils achètent des paquets de mégawattheures sur les marchés avant de les revendre à leurs clients”.

Hydroption n’est pas le seul à avoir fait de choix discutable lors de la pandémie et le secteur tout entier retour les répercussions de ce premier exemple. Il pourrait bientôt y avoir plus de fournisseurs en faillite qu’on ne le pense puisque même EDF Trading, filiale de notre énergéticien historique, a perdu 400 millions d’euros en spéculant sur une baisse des marchés de l’énergie qui n’a pas eut lieu.

Selon François Carlier, délégué général de la Consommation logement et cadre de vie (CLCV), il faut redouter une cascade d’événements de ce genre “en témoignent les nombreux fournisseurs qui ont arrêté de prendre de nouveaux clients depuis la rentrée parce qu’ils ne s’étaient pas assez couverts”.

Il faut donc craindre qu’avec de nombreux fournisseurs en faillite au cours de l’année à venir, les consommateurs se retrouvent à devoir changer de contrat.
Une probabilité renforcée par la récente décision du gouvernement de faire d’EDF le fournisseur officiel de tous les consommateurs dont le fournisseur alternatif d’électricité se retrouverait dans l’incapacité d’assurer les services attendus.

Source : Le Parisien

Plus de nouvelles

Nucléaire français : Macron souhaite relancer la filiale avec de nouveaux réacteurs

17.11.2021 | Le parc nucléaire français devrait accueillir de nouveaux réacteurs d’ici à 2050. Le président de la République Emmanuel...

Lire la suite

Gazprom regonfle les stocks de gaz européens

10.11.2021 | Avec des stocks de gaz qui n’ont jamais été aussi bas et l’hiver qui s’installe, l’Europe a bien...

Lire la suite

COP 26 2021 : une volonté de sortir des énergies fossiles

09.11.2021 | Cette année à Glasgow, à l’occasion de la COP 26, près de quarante États ont fait la promesse...

Lire la suite